AccueilPortail*S'enregistrerConnexionHaut de page

Partagez | 
 

 L'analyse fonctionnelle des phobies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
fleur
V.I.P. en chef
V.I.P. en chef
avatar

Féminin
Nombre de messages : 25302
Age : 56
Localisation : france
Emploi/loisirs : les gens
Humeur : bipolaire
Date d'inscription : 13/08/2011

MessageSujet: L'analyse fonctionnelle des phobies    Mer 18 Jan 2017 - 21:10

Revenir en haut Aller en bas
http://www.dornat2.com/
fleur
V.I.P. en chef
V.I.P. en chef
avatar

Féminin
Nombre de messages : 25302
Age : 56
Localisation : france
Emploi/loisirs : les gens
Humeur : bipolaire
Date d'inscription : 13/08/2011

MessageSujet: Re: L'analyse fonctionnelle des phobies    Mer 18 Jan 2017 - 21:13

:bisou:



Vaincre ses phobies: les premières pistes
Ceci est un résumé, accompagné de quelques extraits, du livre de Christophe André, « Psychologie de la peur »

Tous les conseils suivants ne remplaceront pas une psychothérapie, si vous souffrez d'une peur sévère et ancienne. Mais ils sont l'indispensable accompagnement de cette thérapie, un complément et une prolongation des efforts que vous demandera votre thérapeute.

« Si tu continues de faire ce que tu as toujours fait, ne t'étonnes pas d'avoir ce que tu as toujours eu »


Voici les 10 commandements de la lutte anti-peur que nous allons détailler:

1/ Désobéissez à vos peurs
2/ Informez vous sur ce qui vous fait vraiment peur
3/ N'ayez plus peur de la peur
4/ Modifiez votre vision du monde
5/ Confrontez vous selon les règles
6/ Respectez-vous et faites respectez vos peurs par les autres
7/ Réfléchissez à votre peur, son histoire, sa fonction
8/ Prenez soin de vous
9/ Apprenez à vous relaxer et à méditer
10/ Maintenez vos efforts sur la durée



1- Désobéissez à vos peurs


Un exemple pour mieux comprendre: Un invité indésirable s'installe chez vous, s'incruste, prend ses habitudes, et commence à vous donnez des ordres. Si vous lui obéissez, quelle raison aurait cette personne de partir de chez vous? Aucune: plus vous vous soumettez, plus l'hôte indésirable prendra ses aises chez vous, et n'aura aucune tendance à quitter votre domicile.

Il en est de même avec la peur: si vous lui obéissez chaque fois qu'elle dit: « fais un détour », « baisse les yeux », alors elle n'a aucune raison de diminuer, encore moins de disparaître.
Il faut donc oser désobéir à sa peur, du moins à ses excès, et lui déclarer la guerre. Evidemment, en affrontant ce que la phobie nous ordonne d'éviter, on va ressentir atomatiquement une augmentation de la peur, et de l'inconfort émotionnel. Mais souvenez vous qu'en obéissant à la phobie, par vos évitements, vous achetez au prix fort votre tranquillité: pour un peu de tranquillité sur le moment, vous sacrifiez votre avenir.
Vous n'êtes pas responsable de votre phobie, nul ne choisit de l'être, par contre, vous êtes responsable de la lutte contre votre phobie. C'est une guerre d'usure: il est important de passer du subir à l'agir, de la position de victime à celle du combattant.
Il faut paradoxalement accepter la peur, la sensation de peur, ne plus en avoir peur, mais ne plus accepter la phobie, ne plus se soumettre à elle. 


2-Informez vous vraiment sur ce qui vous fait peur

On trouve des croyances dans la plupart des phobies. 
Par exemple, beaucoup de phobiques sociaux se sentent observés et jugés en permanence par les autres, alors que tous les travaux sur les interractions sociales montrent que nos interlocuteurs sont en général assez indifférents à nos états d'âme, et se révèlent de piètres observateurs d'autrui.
Beaucoup de personnes souffrants d'attaque de panique pensent qu'elles peuvent réellement devenir folles lors d'une crise d'angoisse, alors que les psychiatres savent que la folie n'a rien à voir avec la spirale de l'angoisse.
Se pencher sur l'objet de vos craintes, obtenir toutes les informations nécessaires est donc important. Aucune de vos questions n'est ridicule et vous devez les poser aux personnes qui détiennent les réponse ( Exemple: Peut on mourir de la peur? )
Notre cerveau émotionnel n'écoutant jamais notre cerveau rationnel, ces informations devront être vérifiées sur le terrain. Mais elles représentent un préalable utile au traitement de toute phobie.


3- N'ayez plus peur de la peur

« Tu trembles carcasse, mais tu tremblerais bien davantage si tu savais où je vais te mener » (du Maréchal Henri de Turenne avant ses batailles)

Il faut accepter une certaine dose de peur. La peur est normale, le but n'est donc pas de la supprimer mais de la régler à un niveau normal, et d'en faire bon usage.
Accepter la peur, c'est arriver à ne plus éprouver face à elle ni crainte, ni honte, ni tristesse. C'est ne plus considérer la peur comme un défaut de force ou de volonté, et ne plus porter un jugement moral sur sa survenue, mas simplement la considérer comme un problème et essayer de le résoudre semaine après semaine.

Ne plus avoir peur de la peur
Les personnes phobiques ressentent souvent cette peur panique de la peur, qui fait qu'elles essaient à tout prix de ne pas ressentir de peur naissante. La solution c'est de s'entrainer de nouveau à avoir peur, régulièrement, dans des circonstances contrôlées: c'est la thérapie par exposition.

Ne plus avoir honte de la peur

Beaucoup de personnes phobiques ont honte de leurs peurs. Auraient elles honte d'être myope, diabétiques ? Non. Pourtant elles ne sont pas plus responsable de l'existence de leurs phobies qu'elles ne le seraient de ces autres troubles. Ne portez pas un jugement moral sur votre peur. Considérez la plutôt comme un problème à résoudre.

Ne plus être triste d'avoir peur

Dans la lutte contre la peur, il y a des hauts et des bas, certains jours on n'avance et d'autres on a l'impression d'avoir fait un bond en arrière. C'est normal. Les thérapies sont des apprentissage, c'est comme essayer d'arrêter de fumer ou apprendre à skier: on souffre, on essaie, ça marche puis ça ne marche pas, puis ça remarche. C'est un peu décourageant, certes, mais si on persèvère, on y arrive toujours: un beau jour, lors d'une confrontation, on réalise que les anciens réflexes ont disparus.
La peur a la mémoire longue, elle peut aussi se réveiller à des années de distance, même après un traitement réussi. Il faudra alors se dire: « ce n'est pas un retour de la maladie, juste un retour de la peur » et resserrer les boulons.


_______________________________
Je vis avec mes émotions. Je suis ce que je ressens. Je vis au travers, à travers. Le coeur au bord des lèvres et les nerfs à fleur de peau. Je pleure la misère du monde à 8H et saute de joie à 9H. Enfant intérieur trop présent... dans un monde qui ne laisse pas de place à l'insouciance. Je porte mes chaines, et j'avance quand même... et je découvre que le chemin n'est pas tracé.© 


"C'est parce qu'on imagine simultanément tous les pas qu'on devrait faire qu'on se décourage, alors qu'il s'agit de les aligner un à un." (Marcel Jouhandeau)

Revenir en haut Aller en bas
http://www.dornat2.com/
Grand Mère
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 24870
Age : 66
Localisation : Midi Pyrénées
Emploi/loisirs : Animaux, Poupées.
Humeur : Bonne généralement.
Date d'inscription : 24/02/2011

MessageSujet: Re: L'analyse fonctionnelle des phobies    Ven 20 Jan 2017 - 17:08

On va essayer hein ? heureux

_________________
Fluctuat nec mergitur.



ICI retour page d’accueil
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'analyse fonctionnelle des phobies    

Revenir en haut Aller en bas
 

L'analyse fonctionnelle des phobies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Espace utile ... :: >>> OUVRIR l'espace utile... :: Les soins malins et astuces...-